Botizok / Le Septième Fils (2014)

Le Septième Fils (2014)

Seventh Son

Film de Sergey Bodrov

Le Septième Fils - Botizok

Le Septième Fils – Botizok

 

Synopsis :

Depuis des siècles, le chevalier Gregory retenait prisonnière la maléfique sorcière Malkin. Mais elle s’est échappée et cherche à se venger.

 

L’avis de Botizok :

Après trois minutes j’avais déjà envie de prendre mes jambes à mon cou afin de gambader dans la nature et ne plus avoir à poser mes yeux sur cette engeance de satan.

On aurait pu dire qu’il y avait du potentiel, voir même une idée intéressante. Mais la réalisation est à des années lumières des standards actuels : les effets spéciaux alternant entre le très mauvais et le presque regardable sont digne d’un téléfilm croate passant un jeudi soir très tôt le matin. Les acteurs eux, qui, en temps normal, sont bons, voir même très bons (Jeff Bridges !) donnent littéralement l’envie de se planter la paille de sa boisson dans les yeux afin de ne plus assister à cette mise à mort de tant de talent.

Même les costumes (qui sont généralement l’un des points fort des films de fantasy) sont ici plus qu’oubliable, certains ressemblant à de mauvais déguisements de chez Jennyfer pour ces demoiselles.

On subit donc ici 1h50 d’un Jeff Bridges à la voix caverneuse ridicule, grimaçant en permanence, d’une Julian Moore complétement en roue libre et de Ben Barnes au jeu d’acteur aussi étendu qu’une fan de Justin Bieber bloquée en 2011.

Dans cette farce film, tout est cliché, attendu et théâtral au possible. De l’histoire d’amour sortie tout droit d’un roman pour adolescente pré-pubère, ou se côtoie de long regard vides, les voix sur jouées des personnages, des clichés raciaux dont les sudistes américains du 19ème siècle ne renierait pas.

Le film se contente d’être proche du vide intersidéral. Serge Bodrov nous offre une pâtée dans lequel une femme ne peut pas être forte et indépendante, sans sombrer dans le côté obscur de la force. Sinon, si elle décide d’être bonne, elle se soumettra alors aux hommes, car elle est faible, et que c’est une femme.

Note : 0.3/5 Botizok

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :