Botizok / Fast and Furious 7 (2015)

Fast and Furious 7 (2015)

Film de James Wan

Synposis :

Le gang de Dominic Toretto doit se protéger des attaques de Deckard Shaw, bien destiné à venger la mort de son frère.

 

Critique de Botizok :

Prenons le temps de faire le calcul pour comprendre ce qui correspond le mieux à ce film. Voici la théorie du blockbuster selon le sacro-saint Hollywood. Réunissons les Avengers, James Bond, Mission Impossible (Puissance 20), multiplié par une star d’action Hongkongaise (Bruce Lee à tout hasard) et divisé par zéro dialogues intelligents, fois l’entertainment au carré (celui de Michael Bay), on saupoudre le tout par une dose d’exagération. Le résultat ne nous donne rien de moins que ce chef d’œuvre qu’est Fast and Furious 7 !

On commence le film avec Jason Statham qui massacre tout, pour changer. Le ton du film est donné d’entrée, plus Fast and Furious que jamais, des clips épileptiques, des danseuses peu vêtues, et une petite course pour nous remémorer les origines de la saga.

Le film maintient alors un rythme effréné avec de nombreuses montées d’adrénaline, sans pause aucune, mis à part quelques discours moralisateurs de ce bon vieux Vin Diesel. Les scènes d’actions, et plus précisément les scènes de combats sont spectaculaires, particulièrement réussies et puissantes, comme le combat entre The Rock et Statham. Celles-ci sont dues à James Wan, avec sa mise en scène ingénieuse sans tomber dans les clichés des films du style, qui fait que les combats sont intenses au possible.

Le scénario quant à lui est complétement accessoire, tirant ses inspirations de Die Hard 3 ou Person of Interest. On pourrait aussi trouver à redire sur la galerie de personnages du film, bien trop nombreux, et du coup des personnages comme celui de Dwayne Johnson, Mia Toretto, Paul Walker ou même Jason Statham n’apparaissent que trop peu.

Et le mot de la fin, mais que fais la police ? Celle-ci n’a pas l’air de vouloir pointer le bout de son nez tout au long du film.

Note : 3,3 / 5 Botizok

Botizok / John Wick (2014)

John Wick (2014)

Film de David Leitch et Chad Stahelski

Synopsis :

Un ancien tueur à gages retrouve ses instincts meurtriers après le vol de sa Ford Mustang et le meurtre du chien que lui avait offert sa femme.

 

L’avis de Botizok :

He’s back !

John Wick, ou le film sorti de nulle part. Perpétuant la lignée de ces films d’action de série B, rares, mais toujours présents d’années en années, et permettant de croire encore que les actionner bourrin des années 80/90 sont toujours présent dans la mémoire de certains réalisateur. Ce métrage a commencé à faire des vagues dès la sortie de sa bande-annonce, avant d’intéresser une petite foule de curieux lors de sa sortie dans les salles noires.

Bien assis sur un budget de 20 millions de dollars, et attaché d’un des acteurs les plus sympathiques d’Hollywood, ce revenge movie sans concession est une bouffée d’air frais. Ce qui saute aux yeux tout d’abord est la qualité de la mise en scène, notamment comparé à ses pairs : une bande son originale, des éclairages intéressant, des combats très propres, en particulier lors des gunfights qui procurent une certaine jouissance, non sans rappeler un certain John Woo.

Car, c’est assez évident, John Wick est un film qui tire ses sources de la vieille école de films Hong-Kongais survoltés, dont le scénario tiens sur un mouchoir de poche mais super efficace, avec, comme toujours, un élément déclencheur qui prend le spectateur à parti. Résultat, ce film fait plaisir à voir, simple dans son apparence, il n’hésite pas à bousculer les codes les plus lourds du genre. Ici, pas de sidekick trop bavard, pas de monologue sans fin sur le sens de la vie, pas de romances à deux sous et pas de méchant qui survit à tout ce qu’on peut lui balancer dans la tronche dans l’attente du climax. C’est dans ces détails que ce film s’élève au-dessus de la masse, pour devenir un film avec petit plus dont on ne peut que s’attacher.

Bien sûr ce n’est pas le chef-d’œuvre de la décennie, mais quand même. Et c’est toujours très sympa de voir Keanu Reeves dans un rôle qui lui va comme un gant. Et donc, si vous cherchez un film efficace sans prise de tête, offrant un divertissement à la hauteur de ses espérances, voire plus, John Wick est fait pour vous.

Note : 4/5 Botizok

Botizok / Edge of Tomorrow (2014)

Edge of Tomorrow (2014)

Film de Doug Liman

Synopsis :

Les armées du monde s’unissent afin de combattre des hordes d’extraterrestres livrant une bataille acharnée contre les habitants de la Terre.

 

L’avis de Botizok :

Edge of Tomorrow est sans aucun doute le meilleur film inspiré de jeux-vidéo, ne cherchez pas sur console ou pc, ce film de s’appuie aucunement sur une grande franchise déjà connue, mais plus sur le concept ludique en lui-même. Le personnage principal meurt, en boucle, avance à tâtons à chaque nouvel essai, et acquiert sans cesse plus d’expérience et fini par connaitre par cœur toutes les possibilités à sa portée afin de lui ouvrir a route de la victoire. Le film reprend ingénieusement ces rouages tout droit sorti d’un livre d’un game design et en réussi la transposition cinématographique avec brio.

Du coup, l’idée peut même plaire à un grand public, incluant même les personnes n’ayant jamais tenu une manette. Le scénario quant à lui est tout ce qu’il y a de plus simple mais permet à la mécanique principale du film de s’exprimer pleinement : la terre est envahi par une civilisation extra-terrestre, le tout étant filmé de manière très propre, crue, et réaliste sans tombé dans les écart de films d’actions récent, comme la shaky cam par exemple. Le montage lui est d’une précision à toute épreuve, le constat de base n’est jamais gadget, et permet une montée en puissance jouissive, dont le brio repose une nouvelle fois sur un Tom Cruise qui joue parfaitement l’évolution d’un lâche à un expert de la guerre.

Malgré une fin convenue, un background futuriste en retrait et en somme toute très classique, ainsi que quelques scènes prévisible, on tient l’un des meilleurs blockbusters de l’été 2014. De quoi se vider le cerveau de façon presque intelligente avec une bonne dose de comédie, qui souffle comme un vent de fraicheur après les derniers films de Tom Cruise.

Note : 3.8/5 Botizok

Botizok / Les Avengers : L’Ere d’Ultron (2015) / TRAILER

The Avengers : Age of Ultron (2015)

News de Botizok :

Les Studios Marvel regroupent une nouvelles fois les plus fameux de ses super-héros dans un nouveau blockbuster qui s’annonce aussi épique que spectaculaire : Avengers 2 : L’Ere d’Ultron.

Alors que Tony Stark essaie de faire repartir un programme de maintien de la paix, jusqu’alors suspendu par différents gouvernements, des événements inattendu font que les choses tournent mal. Les super-héros Iron Man, Captain America, Thor, Hulk, Hawkeye et Black Widow doivent à nouveau s’allier afin d’affronter le plus puissant de leurs adversaires jusqu’à présent : l’impitoyable Ultron, un être technologiquement avancé et surprenant qui se voue à effacer l’espèce humaine de la surface de la planète Terre.

Afin de contrecarrer les sombre desseins d’Ultron, de nouvelles alliances inattendues se créent, les entrainant dans de nombreuses péripéties, une incroyable aventure et haletante course contre le temps afin de sauver l’humanité …

Botizok : 22 avril 2015

Botizok / Fast and Furious 7 (2015) / TRAILER

Fast and Furious 7 (2015)

News de Botizok :

La date de sortie en salle se rapproche à grand pas. Malgré la diffusion d’une publicité à la télévision américaine à la mi-temps du Super Bowl 2015 ce dimanche 1 février. Ici Vin Diesel et la « famille » relancent les moteurs avec une nouvelle bande annonce Fast and Furious 7, version longue !

Dans celle-ci, pas loin de trois minutes d’une multitude de cascades plus farfelues les unes que les autres et finalement très peu de courses. On est très loin du film à l’origine de cette série. Ce trailer dévoile de nombreuses images inédites, notamment des scènes de dialogues concernant le personnage de Jason Statham. L’acteur sera dans la peau de Ian Shaw, le frère de Owen Shaw. Il chercher à venger la mort de son frère et est un ancien assassin des Forces Spéciales. Comme le dit Vin Diesel, « Cette fois il ne suffira pas d’être rapide ! » .

Botizok : 3 avril 2015 en France.

Botizok / The Expendables 3 (2014)

The Expendables 3 (2014)

Film de Patrick Hughes

Botizok - Critique de The Expendables 3

Botizok – Critique de The Expendables 3

 

Synopsis :

Barney, Christmas et le reste de l’équipe affrontent Conrad Stonebanks, qui fut autrefois le fondateur des Expendables avec Barney.

 

L’avis de Botizok

Si The Expendables premier du nom était un bon petit film dans la lignée des films d’actions des années 80, au scénario tenant sur un bout de PQ, mais aux intentions louables.

The Expendables 2 était quand à lui un vrai plaisir coupable. Un mauvais film cinématographiquement parlant, mais en même temps complétement over the top que ça en devenait génial à atteindre des sommets. Voir toutes ces vieilles bouilles des stars des actionners eighties fracasser des têtes et exploser tout ce qui bouge dans le camp ennemi à base de punchlines bas du frond et d’auto-dérisions, c’est juste la base du divertissement grand public !

L’annonce de ce troisième opus pouvait laisser sceptique. Car The Expendables 2 n’avait pas vraiment besoin d’une suite, celui-ci étant auto suffisant sur de multiples niveaux. C’est comme un film fait par une bande de potes qui avait atteint le sommet de ce délire old school.

Mais, ne tortillons pas du cul pour chier droit, The Expendables 3 est d’une nullité déconcertante. Prenez le second film, enlevez tout ce qui en faisait le fun, l’humour, enlevez les giclés de sang (Merci le PG-13), mais surtout enlevez Bruce Wilis, Chuck Norris et surtout Jean-Claude van Damme, et vous obtiendrez cette bousasse intergalactique qu’est The Expendables 3.

Par contre vous pouvez garder tous les mauvais penchants de ces prédécesseurs, à savoir des scènes faisant dans le mélo hors-sujet et chiante et des dialogues ridicule tellement ils se prennent au sérieux.

Bref, ce film est vraiment mauvais, et ça même pour moi qui avait adhéré à la démarche revival des films d’actions des années 80 des deux opus précédents.

Pour conclure : « The third movie, it’s just so bad, it’s bad. »

Note : 2/5 Botizok